Dentsu achète Bos

05 juin 2012  |  Jeromy Lloyd  |  Pour commenter cet article


Le groupe japonais Dentsu a acheté l’agence indépendante Bos, fondée en 1988. L’annonce a été faite la semaine dernière.

Les deux entités fonctionneront désormais sous le nom de DentsuBos. Michel Ostiguy, président de Bos, devient chef de la direction de DentsuBos Canada, tandis que Bob Shropshire, qui présidait Dentsu au pays, est nommé président du conseil d’administration de DentsuBos Canada. À Toronto, Claude Carrier devient président de DentsuBos. Roger Gariépy passe de vice-président de la création de Bos à chef de la création de la nouvelle entité.

«Nous nous sommes mutuellement choisis, explique dans un communiqué Michel Ostiguy. Dentsu comprend l’importance d’une création forte et pertinente. De plus, le réseau investit chaque année plusieurs dizaines de millions de dollars en recherche et en développement, plus particulièrement, dans les nouvelles technologies, ce qui augure bien pour le développement de notre offre interactive.»

L’entente est née du désir de Dentsu de renforcer ses services de langue française et sa présence au Québec. L’agence avait auparavant établi des partenariats avec Bleublancrouge et Republik, mais Bob Shropshire a commencé à cibler des acquisitions potentielles il y a deux ans.

Ce dernier est une connaissance professionnelle intime de Claude Carrier, tous les deux sont actifs au sein du conseil de l’Institute of Communication Agencies. Les discussions, selon lui, ont commencé il y a un an.

Le fait que Bos devienne une section régionale d’une entreprise mondiale ne dérange pas Claude Carrier. Dans ce genre de transaction, les avantages sont clairs : l’agence de plus petite taille gagne en envergure et en portée, tandis que la plus grande acquiert une expertise de niche.

«Dentsu est très innovatrice, dit-il. C’est le genre d’entreprise qui investit des dizaines de millions de dollars chaque année en recherche et développement pure, tant à Tokyo qu’auprès du MIT Media Lab. Un moyen certain de rester à l’avant-garde et d’établir de nouvelles façons de faire pour nos clients… S’allier à un tel géant était attrayant. Par ailleurs, plusieurs clients étaient auparavant hors de portée pour nous. Je pense à la Monnaie royale canadienne, qui avait spécifiquement demandé une agence en mesure d’avoir accès à d’autres marchés dans le monde… Maintenant c’est notre cas.»

L’acquisition permettra une efficacité accrue sur certains comptes (les deux agences travaillent pour Canon), mais pose aussi un conflit : le plus important client de Dentsu est Toyota (et sa division Lexus), alors que Bos Montréal est l’agence de l’Association des concessionnaires Honda du Québec. Selon Claude Carrier, les discussions quant à ce conflit en sont au stade préliminaire et aucune décision n’a encore été prise.

Pour ce qui est du personnel, l’équipe de Bos Toronto déménagera dans les bureaux de Dentsu, tandis que celle de Bos Montréal restera dans ses bureaux. Peu de coupures sont à prévoir, estime Rob Shropshire, «les deux agences comptant des équipes clients plutôt réduites». Sur les quelque 200 employés de DentsuBos, seule une poignée de postes administratifs écopera.

Le groupe Dentsu emploie plus de 20 000 personnes à travers le monde.


Chargement des commentaires, attendez SVP.
Magazine Facebook Daily