Sid Lee ouvre son bureau à New York

23 août 2012  |  Shareen Pathak, Advertising Age  |  Pour commenter cet article


Will Travis

Ça y est : Sid Lee a ouvert son 2e bureau américain après celui d’Austin, cette fois dans la Grosse Pomme.

C’est l’ex-PDG de Dentsu America, Will Travis, qui dirigera ce bureau new-yorkais en tant qu’associé et président. Le cofondateur de Sid Lee et chef de la création, Philippe Meunier, passera la moitié de son temps au sud de la frontière pour diriger la création. Lukas Derksen, associé à l’agence et chef du compte Adidas, sera aussi de la partie.

Will Travis a déjà amené des agences étrangères aux États-Unis, ayant supervisé la venue du studio britannique Attik à New York et à San Francisco. «Tous les gens d’affaires aspirent à réussir à New York, surtout ceux de la communauté créative, dit-il. Il y a là-bas une ouverture à l’innovation, et en plus c’est à 60 minutes de vol de Montréal.»

L’une des raisons de cette expansion est le succès remporté par la campagne d’Adidas pour les Jeux olympiques, Take the Stage, qui a attiré l’attention des annonceurs américains, ajoute-t-il.

Le bureau new-yorkais compte déjà quatre clients, et participe actuellement à des présentations spéculatives sur d’autres comptes.

Quinze employés sont sur place, dont six provenant des divers bureaux de Sid Lee, alors que le reste vient d’autres agences «ultra créatives et respectées», dit Will Travis. Des talents d’autres disciplines qui ont fait la renommée de Sid Lee dans les dernières années – Sid Lee Architecture, entre autres – complèteront l’équipe, qu’il décrit comme «un Bauhaus moderne».

Sid Lee Collective, l’incubateur de recherche, design et création qui encourage ses employés à repousser les limites de la création, traversera aussi les frontières, en version réduite. L’idée est de transporter l’ADN de Sid Lee à New York, et de le laisser faire son œuvre.

Certes, le marché new-yorkais est l’un des plus difficiles à percer. «Le facteur majeur, ce sont les dépenses. Le marché, l’infrastructure, les talents, l’immobilier : tout peut accélérer l’extinction d’une agence créative.»

En même temps, poursuit Will Travis, ce n’est pas comme si Sid Lee était une toute petite agence. Pouvoir compter sur Philippe Meunier, ainsi que d’autres têtes créatives de l’équipe, qui compte maintenant 600 employés dans le monde, contribue à augmenter les chances de succès, estime-t-il.

Sid Lee projette en outre d’ouvrir un bureau sur la côte ouest en 2013. L’emplacement exact n’est pas encore clair, mais Sid Lee Architecture possède déjà deux clients à Los Angeles.


Chargement des commentaires, attendez SVP.
Magazine Facebook Daily