Yanik Deschênes, ambassadeur de Sid Lee

31 janvier 2012  |  Caroline Fortin  |  Pour commenter cet article


Il faut être passionné de tennis pour frapper des balles un 24 décembre. Il semble que Yanik Deschênes et Jean-François Bouchard le soient puisque c’est ce qu’ils faisaient à quelques heures du réveillon. C’est dans ce contexte que fut proposée une offre d’emploi difficile à refuser.

«Je croisais Jean-François sur les courts, puisqu’on est membre du même club. Cette journée-là, après notre échange, on s’est assis et il m’a parlé de sa vision pour les prochaines années. Bien sûr, je connaissais et admirais le travail de Sid Lee, un membre important de l’Association des agences de publicité du Québec (AAPQ) et partenaire de Montreal.ad. Puis il m’a parlé de poste nouvellement créé de vice-président aux communications mondiales…»

Yanik Deschênes a réfléchi, puis accepté l’offre du cofondateur de Sid Lee. Il y a deux semaines, l’annonce qu’il quittait la présidence de l’AAPQ a été rendue publique.

En poste depuis hier, le nouveau v.-p. se familiarise avec les rouages de cette agence d’ici que le magazine américain Forbes a classée parmi les plus performantes de 2011.

Sid Lee se positionne et se structure de plus en plus comme une agence globale, explique-t-il. À titre de chef de création, Philippe Meunier supervise ainsi le travail émanant tant des bureaux de Paris que d’Amsterdam ou d’Austin, au Texas, illustre-t-il.

«Mon mandat sera donc de faire connaître Sid Lee et son ADN aux grandes marques, aux grands annonceurs et à l’industrie du marketing au sens large, et ce, à l’échelle internationale, où elle ne bénéficie pas de la même notoriété qu’au Québec et qu’au Canada anglais. Son ambition est de continuer à développer des partenariats et à servir les clients d’un point de vue global.»

«Pour avoir une perspective mondiale, il faut bien sûr se promener un peu. Mais je n’irai pas me poser à Hong-Kong demain, on cible nos marchés : je devrai être présent à New York, Paris et Amsterdam.»

Ses nouvelles responsabilités incluent aussi toute la communication interne. L’agence a d’ailleurs créé «Quick Lee», un intranet social qui permet aux employés de part et d’autre de l’Atlantique d’interagir et de travailler ensemble. Il collaborera avec Marie-Ève Chaumont, directrice des communications, sur divers projets.

Après une journée et demie dans l’entreprise, Yanik Deschênes est impressionné par «la grosse machine» Sid Lee, son «expertise 360 degrés dans tous les points de communication» et ses équipes solides.

Presque autant que par la performance récente de Djokovic aux Internationaux d’Australie, «un des plus grands matches de tennis que j’aie vus dans ma vie».

Le tennis, toujours.

Yanik Deschênes, avec le grand patron du Cirque du Soleil, Daniel Lamarre, et Jean-François Bouchard, cofondateur et président de Sid Lee, à New York pour l’Advertising Week en 2010.
Crédit photo : Montreal.ad


Chargement des commentaires, attendez SVP.
Magazine Facebook Daily