Alcool au volant : une nouvelle approche

19 juin 2012  |  Caroline Fortin  |  Pour commenter cet article


Un drôle d’hymne attire l’attention ces jours-ci à la télé. Le principal instrument de cet air plutôt lugubre? Un alcootest.

Il s’agit de la nouvelle campagne contre l’alcool au volant de la Société de l’assurance-automobile du Québec (SAAQ), conçue par Lg2, qui a remporté le compte en octobre dernier.

Jean Lafrenière, directeur artistique et l’un des concepteurs-rédacteurs de la campagne, explique l’idée derrière cet «Hymne à la honte», qui ne tente pas de faire appel à la raison ou à l’importance d’avoir un conducteur désigné, comme c’était généralement le cas ces dernières années.




«La prévention de l’alcool au volant est un sujet classique en publicité. Nous nous sommes demandé comment attaquer cette problématique d’un angle nouveau et c’est ainsi que nous avons ciblé un moment très précis de l’intervention policière : ce moment où l’on souffle dans l’alcootest. Un moment chargé de doute, de culpabilité et surtout de honte. Un moment que personne ne veut vivre. Nous avons alors juxtaposé un son au souffle de chaque individu, comme si cette personne jouait l’instrument de musique de la trame sonore du message. Étant une marche funèbre, le ton du message est ainsi fortement établi.»

En radio, l’agence a fait vivre le concept d’une autre façon, mais toujours en lien avec la honte.

Toutes les exécutions se terminent par la phrase «Perdre son permis à cause de l’alcool au volant, y a pas de quoi être fier». En télé, on mentionne aussi le casier judiciaire.

Sur le web, des bannières montrent un permis de conduire «animé», où le conducteur, en soufflant dans l’alcootest, fait s’effacer toutes les infos y figurant.



Chargement des commentaires, attendez SVP.
Magazine Facebook Daily