Pub burlesque pour Pepsi

17 mai 2012  |  Caroline Fortin  |  Pour commenter cet article


Ce dimanche, Pepsi lancera sa nouvelle campagne estivale, qui comprend une pub télé complètement déjantée où il est question de raton volant et de cowboy qui court…

Un scénario qu’on dirait tout droit sorti de cette étrange créature bicéphale que sont les Denis Drolet, qui y font une apparition, tout comme Normand L’Amour et Hugo Girard. Eh bien, non.

«La pub a été créée et conçue par l’équipe de BBDO Montréal, en collaboration avec Claude Meunier, qui agit comme consultant pour nos campagnes. Mais Pepsi a toujours fait dans l’humour éclaté, dit Manon Lavallée, directrice du marketing de PepsiCo Canada Breuvages pour le Québec. L’an passé, notre publicité avec le touriste européen qui demandait un Coke dans un casse-croûte avait eu beaucoup de succès. On voulait rester dans la même veine, avec le même réalisateur, Alexandre Franchi, mais être encore plus loufoque. Dès que l’idée s’est enlignée vers une poursuite, on a pensé aux Denis Drolet qui arriveraient en conclusion. Aussi, ils ont une certaine parenté avec l’humour de Claude Meunier, qui est un de leurs mentors. On trouvait que c’était un super clin d’œil.»

La présence de l’homme fort Hugo Girard et du chanteur Normand L’Amour vient répondre au désir de s’adresser à plusieurs tranches d’âge. «Hugo Girard est une figure aimée des Québécois, en plus de faire de bonnes publicités pour BMR, tandis que Normand L’Amour est bien connu des jeunes, et il a participé au Bye Bye l’an dernier, bref, cela nous permettait de parler tant à la génération Y qu’aux baby-boomers», explique-t-elle.

Au Québec, ce sont ces deux générations qui sont les plus grandes consommatrices de Pepsi, et qui lui sont le plus fidèles. C’est grâce aux Y et aux boomers que la marque possède ici 61,5 % des parts de marché, selon les derniers chiffres. L’âge moyen du consommateur type est de 33 ans.

La marque emploie la signature «Ici, c’est Pepsi» depuis 2003. Ces dernières années, l’accent a été mis sur le 75e anniversaire de présence au pays (en 2009), ainsi que sur Pepsi Max, Pepsi Rétro (soutenu par Claude Meunier) et le projet Ici c’est mieux (Refresh Project). Mais cet été, l’entreprise remettra l’emphase sur son célèbre slogan. «La campagne représente trois fois nos investissements des deux dernières années. On la décline à plusieurs niveaux : en radio, dans les points de vente, par l’entremise d’un concours Facebook destiné à amener plus de gens sur la page de Pepsi Québec», explique Manon Lavallée.

Dès le 21 mai, les internautes seront en effet invités à se prendre en photo avec leur Pepsi et à soumettre leur candidature pour apparaître dans la pub télé de 2013. Au moment de publier ces lignes, la page Facebook comptait quelque 88 660 adeptes.

Le Défi Pepsi est également de retour. Deux équipes sillonneront les IGA, Metro, Loblaws, Walmart et festivals de la province pour faire des tests à l’aveugle entre le Pepsi Max et le Coke Zéro. D’ailleurs, la campagne anglophone est axée sur le Pepsi Challenge.

Quant aux Denis Drolet, qui présentaient aujourd’hui l’offensive aux médias, il n’est pas exclu de les recruter comme porte-paroles officiels. «Ce serait intéressant à long terme, c’est un beau partenariat, ils sont très gentils et accessibles, ils ont un public intéressant, alors on n’est pas fermés à l’idée», conclut Manon Lavallée.



Chargement des commentaires, attendez SVP.
Magazine Facebook Daily