Marketing multiculturel au Québec

22 mars 2012  |  La rédaction  |  Pour commenter cet article


Hier avait lieu la Conférence sur le marketing multiculturel, organisée par Marketing. On y a abordé la question du marketing ethnique au Québec.

La journée a débuté avec un exposé de Chia-Yi Tung, fondatrice et présidente de la firme Orchimédia, qui se spécialise dans les communications marketing destinée aux marchés asiatiques. Elle a rappelé que la Chine était l’une des plus importantes sources d’immigrants au pays, que ceux qui immigraient au Québec adoptaient typiquement les villes de Montréal et Brossard et que 80 % des immigrants parlaient leur langue à la maison. Surtout, 63 % d’entre eux sont plus enclins à encourager les entreprises qui s’impliquent dans leur communauté.

Chia-Yi Tung, présidente d’Orchimédia.

Pour rejoindre cette tranche de la population, rien ne bat la presse écrite chinoise, qui constitue le média traditionnel le plus développé au Québec. Sur le web, le portail SinoQuebec.com compte 60 000 membres et reçoit 9000 visites par jour.

La conférence suivante a abordé le marché ethnique québécois dans sa globalité et ses particularités. Connie Bonnello, qui œuvre au développement des marchés diversifiés et LGBT chez IBM Canada, Al Ramsay, directeur du marketing à la Banque TD, Christina Bellevue, candidate à la maîtrise aux HEC et Murillo Rego, directeur principal, services au développement de marché chez Deloitte Canada, y ont participé.

Le marché hispanique a ensuite été abordé, les immigrants d’Amérique latine constituant le 4e groupe en importance au Canada. Fabiola Sicard, directrice principale, services bancaire multiculturels à la Banque Scotia, a notamment expliqué que, contrairement aux États-Unis, cette communauté est pratiquement invisible ici, et dispersée. Presque la moitié des hispaniques résidents au Canada détiennent au minimum un baccalauréat, c’est pourquoi l’institution bancaire considère ce marché comme un segment important et en croissance. Elle s’adresse à eux directement sur le terrain, par exemple dans les festivals, par l’entremise d’associations et sur des blogues destinés aux immigrants qui se préparent à venir au pays. Aldo di Felici, président de Telelatino Netwoork et Manon Gauthier, PDG du Segal Centre for Performing Arts, étaient aussi présents.

Finalement, Lynette John, superviseure, ressources humaines à UPS, a présenté une étude de cas démontrant l’importance de recruter du personnel provenant de diverses communautés culturelles. Robin Brown, premier vice président, consumer insights à Environics Research Group, a présenté des données sur la jeune génération multiculturelle au pays.

La conférence était commanditée par Omni, Balmoral Marketing, Global Media Communication, All Languages, Ethnic Channels, Golden Eye Media et Market Dimensions.

Chargement des commentaires, attendez SVP.
Magazine Facebook Daily