Sun Media coupe 500 postes

13 novembre 2012  |  Chris Powell  |  Pour commenter cet article


Sun Media, une filiale de Québecor, a annoncé ce matin qu’elle supprimait environ 500 postes, ce qui comprend la fermeture de ses ateliers de production de Kingston et d’Ottawa. L’entreprise affirme que cette restructuration, ainsi que d’autres mesures à venir, lui permettra une économie annuelle de 45 millions de dollars.

On estime à 9 % la proportion que représentent ces coupures sur les effectifs de Sun Media, qui s’élevaient à 5680 personnes au 31 décembre dernier.

Sun Media est le plus important éditeur de journaux au Canada, avec 36 quotidiens payants, 6 quotidiens gratuits et près de 200 journaux régionaux.

«Je suis très triste d’avoir été obligé d’effectuer de nombreux licenciements dans notre division journaux», a dit Pierre Karl Péladeau, président et chef de la direction de Sun Media, en conférence téléphonique ce matin avec les analystes. «Les journaux de partout dans le monde se ressentent depuis 10 ans des nouvelles technologies, qui changent profondément la dynamique des produits imprimés.»

Cette restructuration «regrettable» s’avère «nécessaire» pour assurer la viabilité des autres unités administratives de Québecor, comme Vidéotron et la câblodistribution, ajoute-t-il.

La baisse des revenus publicitaires et de diffusion a durement touché ses publications.

En effet, un rapport paru sur CNET hier montre que Google a généré plus de revenus publicitaires dans les six premiers mois de 2012 que tous les médias imprimés des États-Unis réunis (magazines et journaux).

«Puisque nous nous attendons à ce que ces conditions éprouvantes se poursuivent, vu la transformation profonde de l’industrie, nous avons décidé de prendre des mesures décisives et stratégiques pour harmoniser notre structure de coûts à nos revenus projetés», a dit Pierre Karl Péladeau aux analystes.

«Ce n’est pas vraiment une surprise, commente l’analyste Ed Strapagiel, qui s’intéresse à l’imprimé depuis de nombreuses années. Le monde a adopté le numérique, et l’imprimé décline. Ce qui arrive aujourd’hui n’est pas exclusif à Sun Media, mais se produit partout en Amérique du Nord.»

L’annonce survient en même temps que la divulgation des résultats trimestriels de Québecor, qui a vu son bénéfice net chuter de 28,7 % par rapport au même trimestre l’an passé. Ses revenus consolidés pour la période de neuf mois s’étant terminée le 30 septembre sont en baisse à 27 millions et ses revenus publicitaires ont diminué de 7 % (ou 11 millions) pour se situer à 150 millions.

Sun Media a aussi adopté une formule payante (pay wall) pour les sites web du Journal de Montréal et du Journal de Québec, dont les premiers résultats sont «très encourageants», selon PKP. Le conglomérat prévoit faire de même pour d’autres quotidiens de premier plan avant la fin de l’année.

La convergence publicitaire continuera d’être au cœur de sa stratégie de ventes.

«Nous sommes en position de proposer une vaste gamme de propriétés à nos annonceurs, de la télévision aux magazines, en passant par les journaux et le web, a dit le grand patron de Sun Media. Cela améliore notre capacité à élargir notre offre aux consommateurs et à générer des revenus additionnels à l’avenir.»

Selon Ed Strapagiel, toutefois, cette convergence multiplateforme n’est pas aussi nécessairement attrayante pour les annonceurs que les représentants le croient, puisque les agences média ne sont pas organisées pour acheter de la publicité de cette façon. «Le simple fait de pouvoir tout acheter en un seul endroit ne signifie pas que l’annonceur fonctionne de cette façon, dit-il. C’est une bonne idée sur papier, mais combiner tous ces canaux publicitaires sous un même toit engendre une offre compliquée et désordonnée, et il n’est pas si facile de bien s’en tirer.»

Pierre Karl Péladeau, lui, demeure certain qu’une entreprise bâtie au 20e siècle peut s’adapter au 21e siècle. «Oui, l’industrie fait face à des vents contraires et la visibilité est très réduite, mais nous estimons être en mesure, vu la taille de notre entreprise et l’ampleur de notre présence nationale, de demeurer en tête de proue.»

Chargement des commentaires, attendez SVP.
Magazine Facebook Daily